• Entrez dans la langue avec Victor HUGO !

    Vous pouvez imaginer avec quel plaisir j'ai découvert cette lettre de ce grand auteur,  voici un extrait, c'est un régal !      

     

    Au delà des mots

                                                     

     "Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire,
    et vous aurez le Palais d'été
    Batissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine,
    charpentez-le en bois de cèdre, couvrez le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là  harem, là citadellle,
    mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le,
    émaillez-le, dorez-le, fardez-le,
    faites construire par des architectes qui soient des poètes
    les mille et un rêves des mille et une nuits,
    ajoutez des bassins, des jaillissements d'eau et d'écume,
    des cygnes, des ibis, des paons,
    Au delà des motssupposez en un mot
    une sorte d'éblouissante caverne de la fantaisie humaine
    ayant une figure de temple et de palais,
    c'était là ce monument.
    Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations.
    Cet édifice, qui avait l'énormité d'une île,
    avait été bâti par les siècles, pour qui ?
     Pour les peuples.
     Car ce que fait le temps appartient à l'homme.
    Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d'été ;
    Voltaire en parle.
    On disait :
     Le Parthénon en Grèce,
    les Pyramides en Egypte,
     le Colisée à Rome,
    Notre-Dame à Paris,
     le Palais d'été en Orient.
    Si on ne le voyait pas, on le rêvait.
    C'était une sorte d'effrayant chef -d'oeuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule,
    comme une silhouette de la civilisation d'Asie sur l'horizon de la civillisation d'Europe."


    Victor Hugo, Hauteville House,le 25 novembre 1861.
     

    (J'aimerais tant que ce passage réconcilie avec les descriptions littéraires tout ceux qui se sont ennuyés en lisant)

    En fait, Victor Hugo  fait allusion au palais d'été,  car son avis a été sollicité au sujet de l'expédition en Chine
    "faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l’empereur Napoléon"qu'il décrit ainsi :

    "Il y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s’appelait le Palais d’été. L’art a deux principes, l’Idée qui produit l’art européen, et la Chimère qui produit l’art oriental. Le Palais d’été était à l’art chimérique ce que le Parthénon est à l’art idéal. Tout ce que peut enfanter l’imagination d’un peuple presque extra-humain était là. Ce  n’était pas, comme le Parthénon , une œuvre rare et unique ; c’était une sorte d’énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle."

    Il ne peut bien sûr approuver cette expédition, obligé de conclure ainsi  :

    "Cette merveille a disparu.

    Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d’été.
    L’un a pillé, l’autre a incendié.
    La victoire peut être une voleuse, à ce qu’il paraît. Une dévastation en grand du Palais d’été s’est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs.
    On voit mêlé à tout cela le nom d’Eglin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu’on avait fait au Parthénon, on, l’a fait au Palais d’été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser ."

     

     

     




    Commentaires :  
    VOTRE AVIS M’INTERESSE !

    A l’attention des personnes qui ne souhaitent pas écrire un commentaire personnel : Ce serait sympa d’indiquer simplement si vous avez trouvé l’article : SUPER, INTERESSANT, MOYEN…ETC… UN SEUL MOT SUFFIT ! Il est IMPORTANT pour moi !

    Merci !

                 

     


    BIENVENUE ! »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :