• Mugueter

    Mugueter

    verbe transitif :Courtiser,« faire le galant », « faire le muguet »

    (auprès d'une femme)

    La part du colibriLa part du colibriLa part du colibri

     

     

     
    « Suspect à Richelieu, ayant eu l'audace de mugueter ses femmes, le lovelace(*) tortu et batailleur fut obligé de s'enfuir »

    Chateaubriant, Rancé, 1844

     

     

     

     

    Théophile GAUTIER employa ce mot joliment dans un sens métaphorique :

     

     Sur un fond de marbre noir se découpaient des bouquets de fleurs aux couleurs vives, muguetées par des papillons ailés de pierreries

    (Fracasse, 1863) 

     

     

     

    Mugueter est, vous le devinez,  un mot dérivé de « muguet » Le nom latin de la plante (Convallaria majalis) indique qu'elle pousse en mai dans les vallées. On l'appelle d'ailleurs parfois lys des vallées, formulation que l'on retrouve dans son nom anglais « lily of the valley ». Quant à son nom français, connu dans les textes depuis 1200 sous la forme mugue ou musguet, c'est un dérivé de musc, sans doute une altération de muscade, en raison du parfum de la fleur [source : Wikipédia]

     

    Le muguet des bois , dit aussi clochettes des bois (comme d’autres d’ailleurs), gazon de Parnasse, Larmes de sainte Marie, Amourette…,est une plante originaire du Japon. Elle serait présente en France depuis le Moyen-âge !  Nous avons depuis  oublié  que la fête du muguet  fut d’abord une fête de l’amour, avant que d’être la fête du travail. ..




    « Ah ! Si j’étais un homme, je serais ….Romantique ! » Diane Tell 

     

     

    Au XV e siècle, les princes et les seigneurs se rendaient en forêt pour couper des rameaux qui servaient ensuite à décorer les habitations. Ils fabriquaient également des couronnes de feuillages et de fleurs pour les porter et les offrir à la personne aimée.

     

    Charles IX ayant reçu  en  guise de porte bonheur un brin de muguet, décida le 1ier mai 1561 d’en offrir un chaque année aux dames de la cour : la tradition était née !

     

     

    Chaque  1ier mai, les  « bals du muguet » permettaient aux jeunes de se retrouver (les jeunes filles vêtues de blanc et les jeunes gens arborant un brin de muguet à la boutonnière)  sans la présence des parents, bannis à cette occasion !!!!

     

    Sans doute préféraient-ils  alors déguster de leur coté, le « maitrank ou « boisson de mai » vin liquoreux composé de vin de Moselle dans lequel des fleurs d’aspérule odorante (« faux muguet ») avaient macéré ? Il parait qu’il suffisait d’y tremper les lèvres pour s’assurer une année de bonheur !

     

     

    On offrait du muguet à tous ceux que l’on aimait, famille et amis ; et plus particulièrement le fiancé à sa promise !

     

    Dans le langage des fleurs, le muguet signifie : « retour du bonheur » c’est sans doute pourquoi il était également courant de fleurir la maison d’une jeune maman, présage de bonheur pour son bébé.

     

     

    « C’est la lutte finale, Groupons-nous et demain, L’Internationale, Sera le genre humain »

     

    Mais le 1ier mai est devenu jour  de lutte en 1889 avec pour objectif la journée de huit heures (et oui ! il fut un temps où la journée faisait 10 à 12heures !) Ceci fut décidé au congrès de la IIème Internationale socialiste réuni à Paris pour le centenaire de la révolution française.  La date fut choisie en commémoration d’un mouvement de grève pour la journée de travail de 8 heures en  mai 1886 à Chicago,  qui  dégénéra et fit une dizaine de morts…

     

     

    En avril 1941, le gouvernement de Vichy rend le 1ier mai chômé et en avril 1947 le jour devient férié et payé !

     

    La Fête du Travail est commémorée dans la plupart des pays d’Europe, mais au Royaume Uni, c’est le premier lundi de mai qui est férié !   Grand week-end assuré ! Pas si fous ces Anglais …


     Je termine avec les mots de Georges Brassens :




    "Le 1er mai c'est pas gai
    Je trime, a dit le muguet
    Dix fois plus que d'habitude
    Regrettable servitude !
    - Muguet, ne sois pas chicaneur
    Car tu donnes du bonheur
    Pas cher à tout un chacun
    Brin d'muguet, tu es quelqu'un.

     

     

     

     

    (*) lovelace : Don Juan, suborneur. Nom d'un personnage, représentant un type du séducteur, du roman de l'écrivain anglais Richardson, Clarissa Harlowe (1747-48) formé par composition des mots love «amour» et lace «lien», employé par Richardson lui-même comme terme caractérisant un type de personnage.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Une énigme signée Voltaire ...La lettre »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    4
    longfellow Profil de longfellow
    Dimanche 7 Août 2011 à 23:04

    Cathy, merci pour ce nouveau mot qui s'en va directement dans mon répertoire des mots "colorés".

    Un par jour et nous voilà enrichis à la fin de l'année!

    Amitiés, gilles

    3
    fanfan de troyes Profil de fanfan de troyes
    Dimanche 20 Juin 2010 à 18:58
    Je ne connaissais pas ce mot, je vais l'adopter...
    2
    Samedi 1er Mai 2010 à 14:02
    Salut Cathy,
    Désolé de te répondre si tard,
    j'ai pas vu ton comm....avant aujourd'hui...
    (En plus en ce moment je suis pas souvent sur les blogs)

    Yé souis confou...
    Passe une bonne journée du 1er mai,
    Oui, je connais Lisa Ekdalh...une sussureuse!!!!
    mais j'aime bien, c'est glamour, intime,etc...
    M Gardot, c'est bien aussi mais moins original...
    Je voulais te conseiller une chanteuse, j'ai son nom au bout de la langue....
    Molly Johnson, afro-canadienne,
    ça te décolle les ventricules!!!!
    A+
    guy
    1
    Jeudi 29 Avril 2010 à 00:11
    Merci c'est super d'expliquer la naissance d'une telle tradition.
    Avec toute ma sympathie

    Bisou 
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :